VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

When you know the truth, i'm not the same in your eyes / Bryan & Enora
ϟ celui qui lit ce titre est un elfe de maison. Ceci était la touche d'humour de Thor.
Anonymous
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



When you know the truth, i'm not the same in your eyes / Bryan & Enora Empty
Message Posté Ven 14 Oct - 15:03.
nouveau chapitre




STATUT DU SUJET : privé
NOM DES PARTICIPANTS : Bryan Dickson & Enora Boatwright
DATE : mi avril
HEURE : 19h
METEO : Pluie
NUMERO ET TITRE DE L'INTRIGUE GLOBALE EN COURS : Intrigue 008 - Puissance
NUMERO ET TITRE DE L'INTRIGUE DU FORUM EN COURS : Intrigue 007 - The Death is Back
INTERVENTION DE DOMINUS TENEBRAE :ça serait inutile je pense When you know the truth, i'm not the same in your eyes / Bryan & Enora 278701



Dernière édition par Enora Flore Boatwright le Mer 19 Oct - 20:32, édité 1 fois
Anonymous
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



When you know the truth, i'm not the same in your eyes / Bryan & Enora Empty
Message Posté Ven 14 Oct - 15:53.
When you know the truth, i'm not the same in your eyes / Bryan & Enora Tumblr_llc1wdbsp11qg8xplo1_r1_500




Tu aurais préféré ne pas savoir la vérité. Elle fait trop mal pour l'entendre. Mais je ne te l'avais pas dis, mes yeux et mon état te mettaient sur la piste. Ce jour là tout allait de travers comme depuis des semaines dans ma vie, mais tout celà c'était empiré depuis l'attaque de l'Organisation. La peu demeurait dans le château mais j'avais carrément une angoisse constante qui me faisait sombrer. Tomber bien plus bas que terre, voilà un bon résumé de ma situation. Non on ne s'appréciait pas du tout, j'étais totalement indifférente à toi.. Mais le temps avait finit par créer quelque chose. Je t'ai vu grandir, je t'ai vu au sein de ta famille .. Mes larmes coulaient encore et peu importe que tu me détestais, ta présence me ferait forcément beaucoup de bien. je me sentais seule au monde, seule à porter ce poids immense. Avoir honte de soi, de ce que l'on devient, n'est ce pas choquant pour une adolescente qui devrait vivre la plus belle période de sa vie. L'homme de ma vie était dans le château mais même celà ne pouvait pas réconforter mon mal être profond. Je m'étais isolée comme à mon habitude, sauf qu'auparavant c'était pour plongé mon esprit dans mes livres. Aujourd'hui les études passent après tout et me rendent juste malade. Je tente de lire ces mots qui s'enchainent et qui ne veulent rien dire. Mes mains tremblent, les larmes s'incrustent sur mon visage détruit. Le couloir est vide, vide de vie même si je consomme son espace.

Mais si je pouvais rentrer dans le sol, dormir et tout oublier je le ferai. Une larme coule sur mon livre ouvert, je détruis une lettre, je détruis ma vie.. Le silence du couloir est brisé par ma respiration excessive que j'essaye de contrôler tant bien que mal. Les images tournent dans ma tête, la vie est trop courte? Trop longue serait plus logique dans mon cas. Comment autant détester ses parents à 17 ans? Comment de telles menaces sortent de la bouche d'un père envers sa fille?

J'entendais alors ce spas s'approcher de moi. Mon père? Tyler ? Comment me douter qu'il s'agissait de toi ? Tu étais peut être la personne que voulais moins voir à ce moment là mais une présence fait toujours du bien dans une vie vide d'amour. J'attendais de voir un visage sur cette personne qui se trouvait au fond du couloir. Impatiente ? Peut être, peut être attendais-je qu'il se passe enfin quelque chose ? Je m'enpressais de sécher mes larmes, mes yeux prenaient cette couleur rouge. Le rouge de la honte ..
Anonymous
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



When you know the truth, i'm not the same in your eyes / Bryan & Enora Empty
Message Posté Mer 19 Oct - 10:55.
Je ne savais pas pourquoi mais aujourd’hui, j’étais plus heureux que les autres jours. Enfin être heureux ne serait-ce pas une belle utopie lorsque notre chez soi est pris par des monstres assoiffées de sang. Je détestais être heureux mais en même temps, le bonheur ne se commandait pas, il venait comme ça. Oui je pensais toujours à Antiope, oui je me souciais toujours d’elle mais je sentais sa présence, je ne sais pas pourquoi mais mon don commençait à mieux marcher comme si j’entendais même ses pensées, non je n’étais pas un legilimens ni un occlumens mais j’étais mieux que ça, j’étais télépathe et je sentais tout ce qui se passait autour : les pleurs, les joies et même les colères. Je pouvais connaître les pensées les plus profondes des gens mais ceci avait un lourd prix.

Auparavant, j’avais déjà essayé de fouiller dans l’esprit d’un moldu… c’était d’ailleurs un moldu assez pervers avec des idées de porcs… je crois que ce jour-là ma haine contre les hommes sans magie s’étaient agrandit. En effet je mettais toujours dit que ses gens-là n’étaient pas comme nous, ils étaient vil et méchant mais quand je voyais l’Organisation Secrète, je me disais parfois qu’on était pas mieux. Certes mais les sorciers n’étaient pas tous comme ça encore heureux d’ailleurs. Je me rappellerai toujours quand j’ai entendu ce prénom « Maud » de la bouche de mon père et qui ne voulait pas me dire qui elle était, non je ne savais pas que ce prénom était celui de ma mère, j’ai dû entrer dans l’esprit de mon père pour savoir que c’était ma mère, celle qui m’avait abandonnée, celle qui avait osée.

J’aurais pu savoir qu’il avait aussi une autre femme, mais je ne voulais pas rentrer dans l’esprit d’un être cher comme si c’était mal d’entrer dans l’esprit de sa famille, j’aurais pu savoir tellement de choses mais sûrement des mauvaises choses. J’étais dans mes pensées à ce moment-là mais je savais qui j’allais rencontrer quoi que, je n’aurais jamais cru la voir hors de la bibliothèque, je fis semblant de l’ignorer au début mais ce fut difficile surtout que je voyais ses yeux rouges, elle avait pleurée et elle était mal mais ma haine était tellement grande que je ne pouvais pas m’empêcher de dire une méchanceté comme celle-ci.

« Alors Boatwright, on n’est pas à la bibliothèque. C’est parce qu’elle est fermée que tu pleures ? Pauvre petite… »
Anonymous
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



When you know the truth, i'm not the same in your eyes / Bryan & Enora Empty
Message Posté Mer 19 Oct - 20:56.



When you know the truth, i'm not the same in your eyes / Bryan & Enora 783980tumblrl96ft46vZ11qb0zfoo1500



Je n'étais pas d'humeur à plaisanter et de voir Bryan s'approcher me présentait que les prochaines secondes allaient être pénibles. Oui Bryan avait la facheuse habitude de se moquer de moi, me taquiner mais pas seulement pour rire. Je supportais ça depuis que j'étais toute petite, le pauvre ne c'est toujours pas remit de sa raclée dans la bac à sable! Ses remarques devenaient pénibles et lui avec. « Alors Boatwright, on n’est pas à la bibliothèque. C’est parce qu’elle est fermée que tu pleures ? Pauvre petite… ». Et voilà qu'est ce que je vous disais? Catastrophe, nous ne pouvions pas être dans la même pièce sans s'engueuler ou se balancer des vannes. J'essuyais encore mes larmes et le fixa avec ce regard froid qui avait tendance à éloigner les gens. Mais Bryan connaissait ce regard, je me protégeais comme ça, et à la longue il l'avait bien comprit. Si sa remarque était déplacée? Pas forcément mais il aurait pu être un minimum gentil vu les circonstances. Je pleurais et ça ce n'était pas normal. J'étais en effet le genre de personne à cacher ses émotions et à surtout ne pas montrer ses failles!

Je serrais mes poings avec conviction, cette fois j'allais vraiment lui rentrer dedans! Je me levais à un pas de lui. Mes yeux si expressifs en disaient long : trop c'était trop! - ça te fait rire Bryan?! t'en a pas marre?!- Les insultes viendraient plus tard, je n'avais pas l'énergie de me battre encore une fois avec quelqu'un. Cette fois ci, il ne s'agissait plus de pelle volée dans ce foutu bac, ni de la plae que je lui piquais constament dans la cabane du jardin d'Aleksandra.Non, nous avions grandi, enfin j'avais grandi.Bryan avait l'air d'en être toujours au même point, sur le point intellectuel du moins. Des larmes voulaient s'échapper des mes joues. J'avais tout simplement un ras le bol. Les disputes avec telle ou telle personne me tapaient sur les nerfs. J'avais besoin de m'évader, de rire, et BRyan n'était surement pas la personne qui aurait pu me procurer ça.

J'hésitais déjà entre un stupefix ou un sectum sempra pour calmer ma colère. Oui j'avais envie de tuer quelqu'un là tout de suite. Et pourquoi pas Bryan? Personne ne trainait dans les parages, et j'aurai très bien pu dire que c'était l'Organisation qui l'avait assassiné? Bonne idée, un peu folle mais plaisante. Je fermais les yeux pour tenter de me contenir et le visage de Tyler apparaissait sans cesse me faisant devenir plus calme et un peu plus heureuse. J'ouvris les yeux et fis le sourire le plus hypocrite que je pouvais à Bryan.


Anonymous
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



When you know the truth, i'm not the same in your eyes / Bryan & Enora Empty
Message Posté Mer 16 Nov - 12:11.
Le couloir commençait à trembler, il n’y avait personne, j’étais seul avec cette fille. Fille qui ne m’avait rien fait juste le fait qu’elle avait été trop souvent avec mes cousines. Je la détestais juste pour ça, je me sentais presque ridicule. J’étais ridicule, j’étais méchant avec elle et cela ne me ressemblait pas, je ne devais pas être comme ça, je devais mal, je devais aussi méchant que ceux qui avait pris le château et je ne devais pas leur ressembler. NON jamais je ne serai comme eux, jamais je ne pourrais agir comme eux. Je ne pouvais plus être méchant avec elle. Normalement après mon pic, je serai parti comme d’habitude mais là, je la voyais seule comme si elle voulait réfléchir tout en pleurant. Non je n’avais pas de la pitié, je ne voulais juste pas voir Enora comme ça car au fond de moi je savais qu’elle était une fidèle amie de mes cousines.

Ma jalousie devait disparaître car je ne pouvais pas lui faire subir autant de pics que ça, je ne savais rien d’elle. Si ça se trouve elle avait de grave problème et moi la première chose que je faisais : être un méchant garçon. Mais je n’étais pas parti, j’étais resté près d’elle car elle en avait besoin, je savais que ma présence ne changerait rien car notre amitié… il y en avait tout simplement pas encore. Je ne voulais plus être jaloux, j’avais besoin d’être ami avec elle, j’avais besoin de pleurer avec elle, une larme coulait sur mon visage. J’étais ridicule face à elle, cette larme tomba soudainement au-dessus d’elle sur sa joue. Je pleurais car je m’inquiétais pour elle mais aussi pour les autres. L’Organisation nous faisait trop de mal, nous nous sentions mal, démunies mais aussi en colère.

Ma colère était forte, voir trop forte. J’avais besoin de me contenir, je m’étais déjà contenu trop longtemps, la haine envers mon père ou encore envers les gens qui m’avaient pris mon cœur qui nous avait brisé tout. Je m’accroupissais et d’un seul coup je me rapprochai de son visage, je regardais ses yeux de haine envers moi, je l’avais bien cherché en même temps. Je me rapprochai encore et encore jusqu’à atteindre sa joue. Oui je lui avais fait un bisous sur la joue comme si c’était Louve ou encore Lila, j’étais devenu plus gentil, j’avais fait disparaître cette jalousie qui me tuait petit à petit. Je repris une voix douce.

« Je suis désolé, je ne sais pas pourquoi… je suis comme ça avec toi. Je ne voudrais pas être comme ça avec toi. Je ne voulais pas me l’avouer mais j’étais jaloux. Jaloux de toi qui jouais avec mes cousines plus que moi. Je me sentais abandonné par ma famille mais maintenant je sais pourquoi, j’étais trop jaloux et méchant. Excuse-moi. »

Je me sentais mal mais en même temps j’avais besoin de lui dire ça car j’allais me sentir mieux, je devais lui dire ça pour qu’elle se sente aussi mieux. Je ne prenais pas pitié d’elle, non je n’étais pas si méchant que ça.
Anonymous
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



When you know the truth, i'm not the same in your eyes / Bryan & Enora Empty
Message Posté Lun 21 Nov - 22:05.



Mes larmes coulaient, ma rage était évidente. Ma vie était détruite. J'avais l'impression que l'on m'avait arraché le coeur et qu'on y avait planté des centaines d'aiguilles, en s'amusant à les retirer et les remettre pour augmenter cette douleur qui devenait bien trop forte. Non, je n'en voulais pas forcément à toi mais ta remarque m'avait juste mise en rogne. J'en voulais à mon père. Son visage se mélangeait à celui de Tyler et celui de Maxim. Trois visages plus effrayants qu'autre chose. Mais comment en étais-je arrivé là? Avoir peur d'aimer? Je connaissais parfitement cette réponse, mon père m'avait empêcher d'aimer durant toutes ces années. Mon coeur était bien plus sombre qu'une nuit sans lune apparante, bien plus sombre que celui de mon père.

Tu voulais savoir la vérité? Tu voulais partager mon malheur? Je ne m'en doutais pas. Non, nous avions toujours été en froid durant toutes ces années. Une larme tombait sur ma joue, mais elle ne m'appartenait pas. Je levais ces yeux remplis de rage pour poser mes yeux sur un visage qui me parraissait si innocent à présent. Un forncement de sourcil pour montrer ma surprise. Tu approchais ton visage du mien pour y déposer un bisou sur ma joue mouillée. Je fermais les yeux. J'en avais besoin, j'avais besoin de toi. Ma main venait chercher la tienne. Toute cette rage accumulée durant toutes ces années, depuis notre plus jeune âge se retira seulement grâce à une simple déclaration. Je tenais à toi, j'écoutais tes mots, tes excuses qui me réchauffaient le coeur qui était devenu glacé par la peur et le malheur. Mon hochement de tête exprimait mon acquisement , j'acceptais tes excuses. Mes mains remontaient à ta nuque puis à ton dos, mon corps s'emportait pour se coller au tien.

Quand un simple calin calme vos pleurs. Peut-être aurions nous du faire celà beaucoup plus tôt? nous étions si stupides de se battre continuellement durant toutes ces années. Ma tête blottie dans ta nuque, ma respiration comblait l'intérieur de ton cou. J'avais enfin une épaule sur qui me poser. J'avais perdu mn meilleur ami, j'avais perdu mes parents en quelque sorte, je sentais que j'allais perdre bien plus les jours suivants. J'avais besoin de toi. Et si j'avais seulement eu un seul signe que tu étais celui qui comblerait ce manque affectif, celui qui sécherait mes larmes, je n'y aurai pas cru.

Les mots semblaient être de trop. Mes sanglots remplissaient ce silence pesant. Mon corps trembllant contre le tiens, je libérais ma peine, ma rage. Bien trop longtemps effouie en moi. Je reprenais ma respiration, toujours contre toi. Je voulais te le dire, je voulais te remercier. Alors entre deux sanglots, ma bouche prenait le dessus. Je suis désolée Bryan.. Je suis désolée. . Oui tu avais beau être un garçon spécial selon moi, je n'étais pas mieux. j'étais même pire. La chaleur de ton corps me rendait un peu de bonheur, surement le bonheur de se dire que je n'étais pas seule, que je n'avais perdu tout le monde et qu'avec toi je n'avais pas ce besoin de porter ce masque, et de cacher sans cesse ces émotions derrière ce regard glacial.

Anonymous
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



When you know the truth, i'm not the same in your eyes / Bryan & Enora Empty
Message Posté Jeu 22 Déc - 0:05.
La haine est le refuge de l’homme, et j’avais emprunté ce refuge, je devais avoir honte de moi, honte de ma personne. Je ne pouvais pas détester une personne juste parce qu’elle pouvait être plus souvent avec Gabrielle, je me trouvais presque ridicule mais en même temps… nous nous étions tellement disputé durant notre enfance alors que nous aurions pu devenir de très bons amis. Oui j’avais gâché des années de mon enfance pour te pourrir la vie alors que cela n’avait servi qu’à nous rapprocher finalement. A quoi ça servait de te foutre la tête dans le bac à sable et toi tu te vengeais… je me demande bien pourquoi…

La jalousie est un très vilain défaut et je m’en rendais compte de plus en plus surtout quand j’étais face à toi qui n’avait rien fait de mal, juste peut être me faire peur. Cette peur que ma famille coupe les liens et pourtant tu n’étais pas comme ça, non tu étais bien plus intelligente que ça, tu n’étais pas une grande manipulatrice. Moi par contre, je l’étais un petit peu… j’avais si honte et pourtant j’offrais mes bras pour me faire pardonner. J’étais accroupi face à toi qui pleurais devant moi sans savoir pourquoi… étais-ce réellement de ma faute ?

« Je voudrais bien savoir pourquoi tu es là dans le couloir alors qu’il fait pas si chaud que ça et en plus tu es toute seule… ça m’intrigue vraiment. Alors tu m’expliques ? »

Je ne pouvais pas laissé ce silence se répandre alors que je voyais que quelque chose n’allait pas et puis j’entendais enfin sa voix, une voix blessée, une voix triste. Une voix qui peut vous surprendre quand vous connaissiez bien Enora… je regardais cette fille que j’avais tant hait pleurer et me dire pardon… alors que le fautif dans l’histoire c’était bien sûr moi. Je lui fis un sourire pour lui montrer que nous devrions oublier le passé et nous tourner vers le futur.

« Allez oublions le passé, d’accord ? »
Anonymous
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



When you know the truth, i'm not the same in your eyes / Bryan & Enora Empty
Message Posté Dim 25 Déc - 19:38.


Si tu savais, si tu savais tout ce que je gardais en moi depuis bien trop longtemps tu te serai enfuis, évitant mon regard, pleurant criant en voyant ce monstre placé devant toi, un monstre caché derrière une jeune femme qui parraissait pourtant si innocente. J'aurai vu ton regard rempli de dégout comme j'avais vu celui de mon meilleur ami se décomposer en me fixant. Oui, tu étais gentil, doux mais au final tu ne savais pas réellement à qui tu t'adressais. Je savais au fond de moi que si je t'en parlais c'était pour évacuer, mais j'allais te perdre alors que je venais à peine de te retrouver. Mon coeur s'emballait, j'avais peur, peur d'être une autre dans tes yeux, de devenir une ennemie, une ombre cachée derrière un masque, une taupe peut-être. Mais je continuais, à me forcer de sourire, un léger sourire comme pour te rassurer, oui nous allions tout oublier, mais je ne comptais pas commencer notre amitié sur un terrible mensonge, je te devais la vérité, je devais me dévoiler, dévoiler ma souffrance et peut-être me libérer ainsi. Je te trouvais si touchant, si attentionné, j'en avais déjà mal, j'avais envie de vomir devant ce que j'étais : un monstre rien de plus, une traitresse.

Te prenant la main, je sentais mes tremblements empirer. Une boule au ventre, une panique, j'évitais ton regard mais je savais que je devais l'affronter. D'où venait cette envie si soudaine de te dire la vérité alors que personne à part Maxim ne la connaissait? Je te connaissais finalement depuis tellement de temps, nous nous connaissions par coeur, nos bons comme nos mauvais côtés sans forcément se l'avouer. Alors je serrais ta main dans la mienne profitant de cet instant de paix, j'allais tout te dire, j'en avais besoin, j'en avais trop besoin. Je laissais trainer les secondes de silence, en profitant, laissant la peur m'envahir, j'étais terrifiée à l'idée de perdre un ami, je les perdais finalement un par un ces temps ci. Maxim ne me regadait même plus, Tyler était à l'infirmerie, Cameron protégeait ses frères et soeurs, Louve et moi nous étions disputées fortement à propos de Seth qui était également à l'infirmerie : un bordel, un chaos, un désastre. Je fixais tes yeux, j'allais te le dire là d'une seconde à l'autre, je stressais, je revoyais encore le visage de Maxim apprenant la nouvelle. Je dois te dire quelque chose Bryan, surtout ne m'interromps pas, c'est déjà assez difficile à dire..


Je baissais mes yeux, ma gorge se bloquait rien ne voulait sortir comme si mon père l'avait ensorcellée afin que je ne puisse pas en parler. Mes sanglots reprennaient petit à petit, les larmes s'écoulaient, je ne controlais plus rien, j'étais si faible. Voilà, tu dois surement connaitre mon père, au moins de réputation.. Je fis une pause, pour reprendre ma respiration, je voulais pourtant retenir ces larmes qui lui prouvaient que j'étais faible face à la situation, que je ne gérais rien du tout. Tu sais comment il est autoritaire et plutôt bizarre dans son genre, il frappe ma mère Bryan et à vrai dire il ne lève pas la main que sur ma mère.. Honteuse je baissais la tête, oui je me souvenais de chaque giffle, comme une souffrance extrême, la pire étant celle quand j'avais décidé de fuir mes parents, l'Organisation. Je n'avais pas vraiment la force de continuer mais ça devait sortir. Il est dans l'Organisation bryan..
Anonymous
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



When you know the truth, i'm not the same in your eyes / Bryan & Enora Empty
Message Posté Mar 24 Jan - 17:05.
Non non je ne ressentais plus aucune haine, j’étais devant elle… je ne parlais pas, je la regardais et je rougissais de honte, toujours cette honte qui m’envahissait comme si j’avais fait une chose horrible, une chose si terrible que je ne m’en remettrais jamais. J’avais fait pleurer une amie, une amie d’enfance… j’avais loupé toute mon enfance à cause de mes propres conneries. Mon cœur était si noir que ça ? Avais-je fait autant de mal à une personne sans m’en rendre compte ? Ma jalousie avait-elle eu raison de moi ? J’avais tellement changé depuis mon enfance, j’avais muri sauf pour me lever le matin mais ceci est bien sûr une autre histoire. J’avais tellement grandi, j’avais perdu mes amis… comme Stephan mon ex… elle était morte, je ne savais pas pourquoi.

Mon passé comme mon futur était presque flou, je me demandais ce qui allait se passer dans le futur et je me demandais ce que j’avais fait dans le passé. Tout ce qui c’était passé depuis les 17 dernières années s’étaient écoulés si rapidement que je ne me souvenais de rien, je ne me souvenais même pas de ma rencontre avec Louve et mes deux autres meilleurs amis. Avais-je perdu la raison ? Etais-je vraiment dans le couloir à cet instant ? L’Organisation avait raison de nous, elle nous bouffait petit à petit comme si nous étions de petits morpions à écraser.

Le seul moment de ma vie dont je me souvenais était la rencontre avec Antiope, en même temps c’était le seul souvenir que je gardais au fond de mon cœur. J’étais son antidote et elle était le mien, je ressentais un amour si fort pour elle que je ne pensais qu’à elle : à chaque instant de ma petite vie. Je regardais Enora, Enora qui semblait si troublée, si triste. Elle voulait me dire quelque chose, quelque chose d’important. Je ne la coupais pas, je ne voulais pas la couper… sinon elle ne pourrait pas tout dire. J’attendais avec impatience mais je sentais que ce qu’elle allait me dire la bouffait, la brûlait à petit feu.

Quand elle commença à nommer son père, je fis une maigre grimace. Oui je le connaissais qui ne connaissais pas le père d’Enora, il était vil et sadique… je ne le connaissais pas que de noms, je l’avais vu une fois sans qu’il y est Enora. Il me faisait froid dans le dos. Je ressentais un mauvais pressentiment lorsqu’Enora parla, je sentais ses larmes qui coulaient le long de ses joues. Je voulais la prendre dans mes bras pour la réconforter ce que je fis puis elle m’annonça la nouvelle… elle avait été frappée par ce vil personnage, mes sourcils se froncèrent. J’avais été un monstre avec elle alors qu’elle subissait des violences. Je me mis à genoux et je regardais fixement jusqu’au moment où elle m’annonça que son père était dans l’Organisation.

« Enora, regarde-moi ce n’est pas parce que ton père est dans l’Organisation que tu dois avoir peur de l’annoncer… ce n’est pas de ta faute. Personnellement je ne peux pas t’en vouloir d’être la fille d’un abruti comme ton père… désolé si cela te blesse mais ton père ne mérite que de mourir après ce qu’il a fait subir à toi et ta mère… »

Puis je me tus…
Anonymous
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



When you know the truth, i'm not the same in your eyes / Bryan & Enora Empty
Message Posté Jeu 26 Jan - 0:08.



won't you let me go







  • J’attrapais ta main, ne voulant pas que tu puisses d’échapper, comme un espoir inespéré, comme un espoir qui s’était dissipé, comme une flamme ravivée, un courage revenu. Mon seul désir de continuer, me relever, de ne pas abandonner. Comment aurais-je pu imaginer ne serait-ce qu’une seule seconde que ma chance serait de saisir ta main. Un soutient imprévu, surprenant, exceptionnel mais finalement évident. Mais cette peur persistait, peur que tu ne t’envoles, me laissant seule, au plus profond de mon désespoir. Alors cette angoisse restait comme collée à ma peau, comment oublier le passé ? Nous venions pourtant de le faire mais ma situation était bien différente face à cette violence. Alors je fermais les yeux, lâchant un remerciement enfoui entre mes sanglots persistants. Je ne reconnaissais plus cette fille que je voyais dans le miroir, cette fille qui cachait la vérité à ses proches, ceux qui illuminaient sa vie. Un secret trop lourd, bien trop lourd, que je ne pouvais dire à personne et pourtant avec toi tout était finalement plus simple. Le temps faisait peut-être son chemin, sa mission : nous réunir, pour combattre nos vies misérables. Oui nos vies l'étaient, bien trop. Nos seules gouttes de bonheur étaient liées à notre amour respectif pour deux autres personnes mais combien de temps allions nous pouvoir tenir?

    Alors je serrais d'avantage ta main, je rattachais ma vie à la tienne, mon secret était le tien désormais et ma confiance était entière. Je fermais les yeux, tentant d'effacer ces images dans ma tête, le visage de ma mère, en larmes, pleurant comme si sa vie en dépendait. Il la frappait, sans relâche, sans aucune pitié, aucun état d'âme. Mon père était désormais comme une ombre, je sentais qu'il me suivait, me surveillait. Il avait même réussi à savoir avec qui je correspondais, il et il l'avait menacé.. lui, Tyler. J'étais perdue, totalement perdue, dans le flou et j'espérais que ta présence allait m'éclairer. Que devais-je faire? Me taire et continuer à garder celà pour moi? Rejoindre mes parents pour ne pas pas prendre de risque pour Tyler? Me rebeller et rejoindre ce club d'élèves de rebelles? Plus j'avançais, plus ce brouillard cachait mon chemin comme si ma route ne devait pas être toute tracée, elle l'avait trop été. Bryan, il a menacé mon copain, tu sais le grand brun avec qui je suis toujours.. Je sais pas quoi faire.. Extérioriser mes douleurs ne faisait que les amplifier, je pensais à lui, Tyler ne méritait pas ça, il semblait avoir déjà bien trop souffert. J'étais un monstre, rien d'autre.

    J'avais pourtant cherché sans relâche, j'avais un infime espoir, espoir de le sortir de là sans rejoindre mon père pour autant. J'avais pensé à fuir, à tuer mon père, me venger de toutes ces douleurs qu'il m'infligeait sans aucun regret. Mais j'aimais mon père, même si cette notion me donnait envie de vomir, je l'aimais, la vie l'avait décidé, c'était comme ça mais pas autrement. Fuir.. la solution de facilité, fuir avec Tyler, dans un pays lointain, comme dans les belles histoires mais la vie était réelle, ma vie était pitoyable, je sentais que le cours de mon existence allait changer, là bientôt mais je ne savais pas dans quel sens.. Espérer était un acte totalement futile, inutile. L'espoir n'était plus, nous allions tous mourir, crever sous leurs yeux, j'allais crever sous les yeux de mon, voyant Tyler mourir à mes côtés. Voilà comment je voyais mon avenir.


    Toute la joie du monde n'était plus, mon seul espoir résidait dans tes mots, ma vie était désormais liée à la tienne. Mes yeux récclamaient des réponses, des réponses que j'avais bien trop attendues. Je n'avais plus de patience, je faisais pitié, j'implorais ta pitié et toute ma fierté habituelle était réduite en fumée. Cependant, je savais à qui je m'adressais, tu n'étais plus ce gamin froid et arrogant, tu étais un homme, un ami, en qui j'avais entiérement confiance et la vie nous avait finalement liés. Je suis désolé, je veux pas t'embêter avec ça, je sais pas à qui en parler.. Je savais que tes mots allaient ma guider, tu disais la vérité, mon père méritait la mort, mais penser à le tuer me terrifiait, même pour défendre l'homme que j'aimais..
Contenu sponsorisé
this is the wizzarding world of
informations



When you know the truth, i'm not the same in your eyes / Bryan & Enora Empty
Message Posté .

When you know the truth, i'm not the same in your eyes / Bryan & Enora

T H E . F E A T H E R . O F . A . P H O E N I X :: Saison 1

Sujets similaires

-
» « don't believe your eyes ▲ Gabriel [TERMINE]
» Eyes Wide Open ~ Shawn
» Thaddeus Thorne - I can see through your eyes... [UC]

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: